Préparation marathon : semaines 1 et 2

Préparation marathon : semaines 1 et 2

Bouger
Copié !

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi cela ressemble de s'entraîner au marathon ? Notre blogueuse, Rachel Glum, vous invite à la suivre durant la préparation de son deuxième marathon, cette fois avec en ligne de mire un nouvel objectif de temps. Lisez ses commentaires tout au long des deux premières semaines d'entraînement, sur sa façon de contrôler l'humidité et le matériel de base pour la course.

20160619_081345

Récap d’entraînement

Et les deux semaines passent en un clin d’œil. Au début, j’oublie facilement que je suis au milieu de mon entraînement, car mon kilométrage est très semblable à celui des deux derniers mois. Mon plus grand défi est d’arriver à prendre conscience que j’ai été assez folle pour accepter de courir un nouveau marathon et qu’en plus je me suis fixé un objectif de temps incroyablement court de 3 heures et 35 minutes. A ce stade, je suis encore en plein déni…

En ce qui concerne mon programme d’exercice, j’ai prévu 5 sessions de course, 2 sessions de musculation et un jour de repos / yoga par semaine.

Voilà un exemple de ce à quoi ma semaine ressemble en ce moment :

Lun : Repos / yoga
Mar : 10.5 kilomètres avec des poussées de vitesse + session de musculation
Mer : 8 kilomètres sans forcer
Jeu : Musculation
Ven : 9 kilomètres avec des poussées de vitesse
Sam : 19 kilomètres sans forcer
Dim : 8 kilomètres sans forcer
Nombre total de kilomètres : 55

Si vous voulez en savoir plus sur les détails de mon travail en vitesse, allez jeter un œil sur @FitFoodieFiles.

Des hauts et des bas

S’entraîner au marathon suscite des émotions très fortes, du trop-plein d’endorphines qui vous donne la sensation d’être « au septième ciel » jusqu’aux abysses où vous vous dites « je hais le monde et je ne veux plus jamais courir ». Voilà ce que j’ai vécu :

Bon moment : Je bats mon record sur 10 km
Pendant la semaine 1, j’ai remplacé un entraînement par une course sur 10 km. Je m’étais inscrite à la course avec quelques employés de chez Withings juste pour le fun, mais je me suis surprise à faire un temps plus court que ce que j’espérais, 47’42 ». C’est excellent de se fixer des records personnels !

Mauvais moment : Courir dans des conditions humides
Vendredi, quand mon réveil a sonné à 6 heures du matin, je n’étais vraiment pas motivée et j’ai repoussé ma course à l’heure du déjeuner. C’était une très mauvaise idée ce vendredi, car l’air était saturé d’humidité dans l’après-midi. J’ai quand même réussi à courir, mais j’ai vraiment épuisé toute mon énergie.

Bon moment : Mon premier entraînement longue distance
J’étais particulièrement fière d’être parvenue à courir 19 km sans trop de mal. En commençant cet entraînement j’avais déjà de solides bases d’endurance et j’espère que cela va vraiment m’aider.

Sujet de la semaine : l’équipement

Maintenant, voyons un peu l’équipement. Même si vous pensez qu’une bonne paire de baskets suffit pour commencer à courir, la plupart des coureurs de fond vous diront que leur maison est littéralement jonchée d’équipements et de vêtements de course. Vous pouvez bien sûr vous lancer dans une frénésie d’achat de gels et de gommes à mâcher, de ceintures de course, de lunettes de soleil résistantes à la sueur ou encore de sels d’Epsom, mais concentrons-nous sur les éléments essentiels.

Voilà donc mes incontournables pour s’entraîner au marathon :

1. Une bonne paire de baskets
Bon, vous l’avez vu venir celle-là… mais c’est vraiment la chose la plus importante. J’ai eu des baskets qui m’ont occasionné des blessures, d’autres qui m’ont fait mal aux pieds pendant des jours ou encore fait chuter sur le sol mouillé.

Si vous en avez la possibilité, allez dans une boutique spécialisée dans la course où l’on pourra évaluer votre démarche et vous recommander la paire de chaussures de course parfaite pour vous. J’ai découvert qu’une forme plus épurée sur l’avant avec une légère pente entre le talon et l’avant-pied était ce qu’il y avait de mieux pour moi. Mais n’hésitez pas à tester différentes formes pour trouver ce qui vous convient.

2. Une montre ou une appli de course
Si vous vous engagez sérieusement dans la course à pied, il est important de pouvoir suivre votre distance, votre temps et votre rythme. C’est particulièrement indispensable pour le travail en vitesse.

20160629_074509

Sur l’image d’en haut, vous pouvez apercevoir mon Activité Steel, mais quel que soit le tracker d’activité Withings que vous utilisez, allez voir RunKeeper, une appli qui enregistre toutes vos mesures et les synchronise automatiquement avec votre tracker.

3. Musique + écouteurs
Certains coureurs battent le pavé sans musique, mais je ne m’imagine pas faire ça sur plus de quelques kilomètres. D’après Scientific American, la musique peut vraiment vous aider à courir plus facilement tout en augmentant votre plaisir. J’écoute aussi des podcasts pendant que je cours, ce qui m’aide à faire abstraction des signaux négatifs que m’envoie mon corps. Je vais même jusqu’à enregistrer des podcasts et je m’en sers pour me motiver à sortir.

4. 4. Écran solaire / baume pour les lèvres avec FPS
Si vous vous entraînez en été, vous devez porter de l’écran solaire. Ce n’est certes pas l’aspect le plus sympa de l’entraînement estival, mais il est non-négociable. Je suis aussi une inconditionnelle du baume à lèvres avec FPS et je l’emporte avec moi pendant mes courses de fond, parce qu’un coup de soleil sur les lèvres, c’est ce qu’il y a de pire. Faites-moi confiance.

C’est tout pour le moment ! Restez connecté pour les semaines 3 et 4 où je me lancerai dans ma course de 22,5 km.

***

Vous avez manqué les présentations ? Allez jeter un œil au premier article de Rachel, Rencontrez la marathonienne.

Rachel Glum

Rachel is a copywriter and a fitness enthusiast who enjoys long-distance running, yoga, and strength training. When she isn't editing or exercising, you can find her singing a cappella or cooking healthy vegan meals in her new apartment kitchen.
Loading Article...