Dernière ligne droite avant l’arrivée : rencontrez la marathonienne

Dernière ligne droite avant l’arrivée : rencontrez la marathonienne

Inspirations
Copié !

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ça ressemble de s'entraîner au marathon ? Rachel Glum, employée chez Withings, vous invite à la suivre durant la préparation de son deuxième marathon, cette fois avec en ligne de mire un nouvel objectif de temps. Vivez avec elle les hauts, les bas, les défis et les victoires qu'elle traverse durant ses 5 mois d'entraînement, tout cela en vue du fatidique matin de novembre.

Bienvenue dans cette série dédiée à l’entraînement au marathon ! Je me réjouis de vous emmener avec moi pendant que je m’entraîne pour le marathon de Philadelphie qui se déroulera le 20 novembre prochain. Pour mon deuxième marathon, j’ai décidé de me fixer un objectif ambitieux et d’essayer de passer la ligne d’arrivée avec un temps qui me qualifierait pour Boston, inférieur à 3 heures et 35 minutes.

Se qualifier pour le marathon de Boston est un enjeu majeur dans l’univers de la course de fond et un but que de nombreux sportifs tentent d’atteindre tout au long de leur carrière. Dans les grandes lignes, je suis ce programme d’entraînement pour le marathon de Boston, mais je l’ai adapté à mon emploi du temps, à mes objectifs et à ce que j’ai appris de mes précédentes expériences.

BAA10kRachel

La photo ci-dessus a été prise lors de ma dernière course, le 10k du BAA, où j’ai fait un temps de 47’42 ». Mais il y a eu une époque où je ne pouvais pas courir plus de 1,5 km sans m’arrêter.

Mon histoire avec la course à pied

Cela fait maintenant plus de 10 ans que j’aime le sport, mais pendant longtemps j’ai pensé que la course et moi, ça faisait deux. Parvenir à aller jusqu’au bout du kilomètre et demi obligatoire en cours de gym était à peu près le maximum de mes performances de course.

Et un beau jour de printemps ensoleillé, j’ai accompagné mon petit ami et ses collègues du labo dans leur course d’entraînement de 5 km en vue d’une course Tough Mudder. J’étais tout le temps hors d’haleine au cours de ces 5 km et je m’arrêtais souvent pour marcher. Je me suis dit que je n’étais vraiment pas faite pour ça. Avoir dû lutter si fort pour accomplir un effort physique a vraiment entamé mon ego et je me suis mise à courir régulièrement pour m’améliorer. Quelques mois plus tard, je courais mon premier 5k, et sans m’arrêter pour marcher.

Go

Go est un tracker d'activité et de sommeil qui vit à votre rythme, grâce à son écran E Ink, sa batterie qui dure pr…
En savoir plus

Et depuis quatre ans, courir est devenu l’une de mes plus grandes passions. Cela m’a appris à pousser mon corps au-delà des limites que je lui prête, un enseignement qui déborde largement sur les autres aspects de ma vie. Depuis le jour où j’ai couru mes 5 premiers kilomètres sans marcher jusqu’à mon premier marathon l’automne dernier, chaque nouvel objectif de course me paraissait inaccessible de prime abord, pour finir par me prouver encore une fois que j’en étais capable. La course est aujourd’hui ma première passion sportive, une passion qui m’a apporté plus de joie, de soutien et de confiance que j’aurais pu imaginer.

Mais s’entraîner pour une course n’est pas toujours rose. C’est compliqué, difficile, pas pratique et ça prend du temps, tout en étant aussi une source d’inspiration, de stimulation et de plaisir. Alors revenez jeter un coup d’œil ici toutes les deux semaines pour découvrir des nouvelles complètes et honnêtes sur mon entraînement, et aussi quelques trucs et astuces pour gagner si vous avez pour ambition de terminer un marathon !

***

Rachel Glum

Rachel is a copywriter and a fitness enthusiast who enjoys long-distance running, yoga, and strength training. When she isn't editing or exercising, you can find her singing a cappella or cooking healthy vegan meals in her new apartment kitchen.
Loading Article...