Le prédiabète : ce qu’il faut savoir

Le prédiabète : ce qu’il faut savoir

Se revitaliser
Copié !

Après Halloween, ses bonbons et ses fameuses tartes à la citrouille, voici bientôt venir la saison des fêtes et son cortège de confiseries et autres chocolats, une période où l'on a également souvent une fâcheuse tendance à ne pas bouger du canapé... Alors attention ! Certaines de ces douceurs peuvent non seulement avoir un effet négatif sur votre tour de taille mais aussi augmenter le risque de développer une maladie dont bon nombre de personnes ne savent même pas qu'elles en sont atteintes.

La plupart des gens savent ce qu’est le diabète, que cette maladie les touche personnellement ou non. La majorité d’entre nous sait que cette maladie est soit génétique, soit acquise au fil des années. Il existe pourtant une affection dont on parle plus rarement, le prédiabète.

Selon l’American Diabetes Association, une personne est considérée comme prédiabétique si sa glycémie sanguine est « supérieure à la normale mais pas suffisamment pour être considérée comme diabétique ». Bien que le prédiabète n’évolue pas forcément en diabète de type 2, les personnes prédiabétiques ont un risque plus élevé non seulement de souffrir de cette forme de diabète mais également de développer une maladie cardiovasculaire.

Alors comment savoir si vous faites partie de la population à risque ? Lors d’une séance de questions-réponses sur le prédiabète récemment publiée par la revue médicale de l’université de Californie à San Diego, le Dr. Julie Çelebi présentait les différents facteurs de risque, expliquant que « cette affection est étroitement liée au poids, les personnes les plus à risque étant les personnes en surpoids ou obèses. » Elle précise cependant que d’autres facteurs entrent également en jeu. Certaines populations (en particulier les personnes d’origine hispanique, afro-américaine, asiatique, amérindienne ou originaire des îles du Pacifique) présentent davantage de risques, les antécédents médicaux du patient jouant également un rôle important. Julie Çelebi explique également que, malheureusement, « les personnes au stade du prédiabète ne ressentent généralement aucun symptôme. Quand ces symptômes finissent par apparaître, c’est que les patients sont probablement déjà diabétiques. »

Alors comment savoir si vous êtes prédiabétique ? Comme aucun symptôme n’est généralement visible, le seul moyen d’en avoir le cœur net est généralement d’effectuer une analyse de sang. Il existe trois méthodes principales pour détecter un éventuel diabète. La première est de contrôler votre glycémie sanguine sur une période de trois mois. C’est ce que l’on appelle communément le test A1C. Si les résultats sont supérieurs à 5,7 % mais inférieurs à 6,4 %, vous êtes considéré comme prédiabétique. La deuxième méthode consiste à mesurer la concentration plasmatique du glucose à jeun. En d’autres termes, il s’agit de mesurer la quantité de glucose (ou de sucre) dans le plasma sans avoir ni mangé ni bu (sauf de l’eau) depuis au moins 8 heures. Pour ce test, un résultat situé entre 100 et 125 mg/dl indique un prédiabète. Le troisième type de test, connu sous le nom d’OGTT, ou test oral de la tolérance au glucose, analyse la manière dont votre organisme réagit à une absorption de sucre dans les 2 heures qui suivent la consommation d’une « boisson spécifique à forte teneur en sucres » (selon l’American Diabetes Association). Un résultat situé entre 140 et 199 mg/dl indique que vous êtes prédiabétique.

Il existe heureusement des mesures préventives qui peuvent non seulement prévenir le prédiabète mais aussi inverser ses effets chez les patients déjà atteints. L’American Diabetes Association recommande de réduire sa consommation en calories et en acides gras saturés. Si vous êtes en surpoids, l’association recommande de perdre 7 % de votre masse corporelle (soit environ 7 kg si vous en pesez 90) afin de réduire les risques et de commencer à inverser la tendance. Elle recommande également de pratiquer une activité physique régulière, 30 minutes de marche rapide chaque jour par exemple.

Go

Go est un tracker d'activité et de sommeil qui vit à votre rythme, grâce à son écran E Ink, sa batterie qui dure pr…
En savoir plus

Selon diabetes.org, si moins de 10 % des Américains étaient atteints de diabète en 2012, plus d’un tiers d’entre eux était déjà en phase prédiabétique, 9 sur 10 ignorant être atteints. S’ils ne perdent pas de poids ou n’augmentent pas leur activité physique, 15 à 30 % d’entre eux développeront un diabète de type 2 dans les 5 ans à venir, une maladie qui peut causer de sérieuses complications médicales.

Si vous pensez que vous pourriez être prédiabétique, nous vous recommandons de faire dès maintenant une analyse de sang afin de pouvoir prendre les mesures qui s’imposent pour inverser la tendance avant que la maladie ne s’installe. Et rappelez-vous, pratiquer une activité physique régulière, manger équilibré et conserver un poids normal contribue non seulement à prévenir le diabète mais également à améliorer votre état de santé de manière générale.

*****

Annelise Driscoll

Annelise is a graduate of Hamilton College who enjoys writing, reading and roller derby. When she isn't noveling, she can be found doing yoga and watching British baking shows.
Loading Article...